Histoire vécue de la race bovine tachetée rouge

Description

En Suisse, la « Tachetée rouge» a connu un destin étonnant. Longtemps considérée comme une des meilleures races bovines du monde, notre Simmental a brusquement perdu pied au moment où une mode, incompréhensible aujourd’hui, a fait passer l’esthétique avant la productivité. On se rappelle de ces années sombres d’après guerre où la production laitière a été sacrifiée au profit de la recherche d’une bête de concours plus petite : Il faut mieux que le vent passe sur le dos de nos vaches que sous leur ventre, nous disait sans rire les gourous de cette réforme consistant à abaisser de dix centième la hauteur au garrot de nos animaux. Pendant ce temps tout bougeait autour de nous. L’introduction de l’insémination artificielle favorisait la sélection des meilleurs sujets à travers le testage. Nous régressions, les autres progressaient… Une courte période d’errements dans la sélection survenue au plus mauvais moment, a suffit pour gommer le travail de générations d’éleveurs. La réaction de la base ne s’est pas fait attendre. Ce fut la «guerre des vaches » dans le Jura vaudois, la création illégale du premier centre de testage au Crêt-du-Locle, les pressions fribourgeoises pour obtenir le droit d’effectuer des croisements d’essai. L’agriculture romande était en ébullition et bientôt la Red-Holstein arriva, triomphante. Quarante ans plus tard, l’équilibre entre tenant d’une race exclusivement laitière et partisan d’une vache à deux fins semble enfin établi, favorisé en cela par l’engagement sans failles de notre organisation d’élevage à nouveau à l’écoute et au service de ses membres. L’histoire du dévoiement, puis de la renaissance de la Tachetée rouge, je l’ai vécu de près en tant d’agriculteur et éleveur à l’époque des faits. Il m’a semblé utile de fixer sur le papier cette saga passionnante avant qu’elle ne soit totalement oubliée. Une documentation abondante héritée de mon père – secrétaire de syndicat pendant cinquante ans – complétée par la collection des bulletins de notre fédération d’élevage ainsi que par quelques ouvrages dont « L’histoire de la guerre des vaches » par Edouard Benoît, m’a permis de mener à bien cet ouvrage. Avec son action, ses attentes, ses rebondissements dignes d’un roman, l’histoire vécue de race bovine rouge et blanche devrait vous plaire.

Couverture souple / 120

ISBN: 978-2-940257-83-6

Date de parution: avril 2011

CHF 28.00

Produits liés

Scroll To Top